Noé et l'arc en ciel

En ce premier dimanche de Carême, l'Église nous propose de lire un texte de la genèse bien connu: la fin du déluge, Noé qui sort de l'arche et Dieu qui promet que cela n'arrivera jamais plus. Il fait alliance avec la création et place un signe dans le ciel pour se rappeler sa promesse: un arc en ciel.
Ce récit en lui-même contient de nombreux enseignements dont on pourrait discuter durant des livres entiers. Pour aujourd'hui je vous propose de répondre à une question (en apparence) assez anecdotique: pourquoi donc utiliser un arc en ciel comme moyen mnémotechnique ?

Après le déluge, Dieu met un signe dans le ciel pour se rappeler son alliance avec la création: un arc en ciel. 

Retour ↑

L'histoire de Noé et du déluge

Commençons par replacer ce récit dans son contexte. Nous sommes ici dans la genèse, texte mythologique cherchant à raconter l'origine du monde et de l'humanité (cf épisode bible#1). Après la création des premiers humains, le monde n'est pas resté longtemps aussi beau que Dieu l'avait souhaité. L'égoïsme et les meurtres se sont rapidement multipliés, à tel point, nous dit la bible, qu'il ne resta bientôt plus qu'un seul homme juste: Noé. Dieu décide alors de "recommencer" en noyant tout le monde, seul Noé et sa famille seront sauvés.
Ces derniers construisent donc une arche où ils se réfugient, sauvegardant également des représentants de toutes les espèces animales.
Après 40 jours de déluge intensif et une inondation recouvrant toutes les continents, la pluie s'arrête. La décrue permet enfin aux rescapés de sortir de l'arche.

C'est là que survient l'épisode nous intéressant aujourd'hui. Dieu promet que pareille destruction ne se reproduira jamais plus. Il fait alliance avec toute la création, pas seulement avec Noé ou même l'humanité. Et pour se rappeler sa promesse, il place un signe dans le ciel: un arc en ciel.

Cette histoire très grandiloquante est porteuse d'une vision encore très anthropomorphique de Dieu. Ses implications et enseignements pourraient être étudiés durant des heures. Pour ne pas se perdre concentrons nous pour l'instant sur notre sujet: pourquoi donc un arc en ciel ?

Un signe d'alliance

"Voici le signe de l'alliance que je place entre moi et vous, ainsi que tous les êtres vivants qui sont avec vous pour les générations à venir : je place mon arc dans la nuée, et il sera un signe d'alliance entre moi et la terre.
Quand j'aurai rassemblé des nuages au-dessus de la terre,
l'arc paraîtra dans la nuée, et je me souviendrai de mon alliance entre moi et vous, ainsi que tous les êtres vivants, et les eaux ne se transformeront plus en déluge pour détruire toute chair. L'arc sera dans la nuée, et je le regarderai pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants qui sont sur la terre." (Genèse 9,12-16)

L'alliance, pour le peuple hébreu, est un engagement entre deux personnes/deux tribus, avec normalement des engagements réciproques (non agressivité, entraide...). C'est quelque chose de courant pour ce peuple nomade ayant l'habitude de la guerre.
La spécificité ici, c'est que Dieu est seul à s'engager, il ne réclame rien ni à Noé ni aux autres créatures. Cette "non-agressivité" est une initiative divine, offerte à tous sans conditions. C'est fondamental et nouveau, on passe de l'image d'un Dieu vengeur qui réclame telle ou telle chose en échange de sa protection, à celle d'un Dieu offrant inconditionnellement sa grâce à toute la création.

Un signe de paix

Le mot utilisé pour l'arc en ciel dans l'ancien testament est le même que pour l'arc de guerre ou de chasse: Qesheth. Lorsque Dieu place "son" arc dans le ciel, c'est donc qu'Il dépose ses armes, Il se défait volontairement de sa puissance destructrice.
Il y a très peu d'autres références à un arc en ciel dans la bible (Ez 1,2; Ap 4,3; Ap 10,1). Et à chaque fois, celui-ci marque la gloire et à la puissance de Dieu. On a donc bien ici l'image de Dieu qui baisse la garde et choisi de se désarmer. L'arme de guerre devient signe de paix !

L'arc en ciel est donc placé ici, bien visible dans le ciel non seulement par les hommes sur la Terre, mais surtout par Dieu lui-même. En rappel de son engagement à ne jamais nuire à la création. Bien évidement Dieu n'a pas besoin d'un "post-it céleste", n'oublions pas que ce récit est le reflet de la compréhension progressive de Dieu par les humains.
Ce qu'il faut en retenir par contre c'est l'implication fondamentale d'un tel serment: en aucun cas Dieu ne peut être l'auteur du mal ! Aucun malheur, aucune catastrophe humaine ou naturelle n'est voulu par Dieu.

Un signe  d'espérance

Dans la culture populaire, l'arc en ciel est souvent associé à la fin d'un conflit, à l'espoir d'un renouveau après une catastrophe. En effet il survient lorsque la pluie se calme et que le soleil réapparaît, la météo change.

On peut aussi noter que pour qu'un arc en ciel apparaisse il faut que deux éléments à priori contraires soient réunis. Lorsque le soleil éclaire la pluie, la beauté jaillit ! On peut ainsi se rappeler que de tout mal que l'on Lui présente, Dieu peut faire sortir un bien encore plus grand.
Mais également que même si l'on ne comprend pas la nécessité/la raison de telle ou telle épreuve, celle-ci est peut-être nécessaire à un bien plus grand que le mal que l'on voit. Tout comme la pluie est nécessaire à la croissance des plantes.

Un signe d'union

L'arc en ciel forme un pont entre le ciel et la terre, entre le matériel et le spirituel. Deux réalités indissociables l'une de l'autre.
Celui qui oublie de nourrir sa vie spirituelle et sa relation à Dieu s'étiole et sa vie lui semble rapidement vide de sens. A l'inverse celui qui néglige de prendre soin de son corps et de s'occuper de ses frères passe à coté de lui-même et de sa vocation.

L'arc en ciel est également un phénomène optique qui permet de révéler les différentes composantes de la lumière blanche. Les gouttes d'eau décomposent la lumière, déviant les rayons diversement selon les longueurs d'ondes. C'est ce qui nous permet d'admirer ces belles couleurs, toujours placées dans le même ordre.
Nous pouvons y voir un rappel de la multiplicité des réponses à la grâce et de la complémentarité de toutes. Chacun reçoit des dons différents de ses voisins et personne ne peut se prévaloir de toutes les charismes. Chacun répond différemment aux appels de Dieu et personne ne peut prétendre être sauvé seul en négligeant ses frères.
S'il manque une seule longueur d'onde dans le spectre lumineux, c'est la lumière entière qui en est perturbée.

Voilà déjà de quoi nourir sa réflexion et sa prière, en espérant vous avoir un peu aidé à y voir plus clair.
On pourrait probablement trouver d'autres raisons d'avoir choisi un arc en ciel dans cette histoire. En auriez-vous certaines à proposer ?

Quelques sources utilisées et intéressante: la Prédication du pasteur Louis Pernot, des réflexions autour du texte un peu plus complet, et le site que j'utilise pour chercher le sens original des mots dans la bible.

Cliquez ici pour dérouler la suite: