pages: 1

Jésus ne regarde pas autant à la grandeur des actions, ni même à leur difficulté qu'à l'amour qui fait faire ces actes.

Nos actions, si nobles, si grandes et si belles soient-elles ne valent rien si elles ne sont pas faites avec amour. Dieu connait les coeurs et les intentions et ne regarde pas comme les hommes. Beaucoup de saints inconnus sur Terre seront grands dans le Royaume des Cieux.

Le christianisme n'est pas la religion du temple, ni celle du livre. Le christianisme est la personne de Jésus Christ lui-même.

Que dire de plus, tout est là ! Contrairement à ce qu'on entend souvent dans les généralités sur la spiritualité, le christianisme n'est pas une religion du livre avec le Judaisme et l'Islam. Le centre de notre foi n'est pas le livre à travers lequel Dieu nous parle, mais Dieu lui-même.

Nous croyons en un sauveur vivant, Jésus Christ. Et Dieu veut rentrer en relation avec chacun individuellement, il t'aime personnellement, tel que tu es.

Si tu veux rencontrer Dieu, alors laisse toi aimer.

Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? »
Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

Si ça ce n'est pas une bonne nouvelle ! Dieu ne réclame pas de nous  de réaliser de grand projets humains, même phillantropes et positifs. Mais d'abord et avant tout de croire en celui qu'il a envoyé: son fils Jésus Christ !

Et tout le reste en découle ensuite simplement; puisque croire en Lui c'est aussi écouter ce qu'il a demandé: "Tu aimeras ton prochain comme toi même", "Ce que vous avez fais au plus petit d'entre les miens c'est à moi que vous l'avez fais". Ne nous trompons pas de priorité:  Dieu au centre et mes actions vers lui d'abord !

Il ne s’agit pas de vous mettre dans la gêne en soulageant les autres, il s’agit d’égalité.
Dans la circonstance présente, ce que vous avez en abondance comblera leurs besoins, afin que, réciproquement, ce qu’ils ont en abondance puisse combler vos besoins, et cela fera l’égalité [...].

Que rajouter de plus ? Tout simple et pourtant peut-être à rappeller régulièrement et à voix haute. Quand on a la chance de vivre dans un pays où tous peuvent se soigner, manger, étudier... même difficilement, et bien on en profite et on le fait partager à ceux qui n'ont pas cette chance. C'est tout !

Le Sauveur est venu. Il est mort, mais il a tué la mort. Il a mis à la mort un terme en lui. Il l'a assumée et il l'a tuée. [...] Reprenez courage : elle mourra aussi en nous.

Pourquoi donc le Christ s'est t'il laissé tuer ? Vaste question, à laquelles nos intelligences humaines n'auront jamais completement la réponse. Mais nous pouvons être sûr que ce n'est pas pour rien.
Et d'abord et avant tout pour nous liberer de la mort ! Comment la mort aurait-elle pu retenir Dieu ? En mourant il l'a brisée, en est sorti et nous à laissé la porte ouverte !

Profitons de cette période de Paques pour prier le Seigneur d'augmenter en nous la foi en sa résurection et sa victoire pour nous sur la mort et le péché. Afin que les moments difficiles ne détruisent pas notre Espérance.

Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s'il perd son âme?

Qui n'a jamais été tenté de s'accaparer plus qu'il ne lui est necessaire tant à son confort que son bonheur ? Combien sont ceux qui, même au sein de nos paroisses, font sentir leur pouvoir si minime soit-il aux autres ?

N'ayons pas peur de la petitesse. Ce qui est grand aux yeux des hommes ne l'est pas forcément aux yeux de Dieu, et c'est lui seul qui nous donne notre dignité !