Les quotisaints #5: Les mirages de la gnose

Pour avancer vers la sainteté nos efforts ne sont pas toujours payants. Il peut être alors tentant de s'appuyer sur nos connaissances, au risque de vouloir réduire Dieu à notre compréhension humaine. Une hérésie que l'on appelle le gnosticisme.
(Pour lire le premier épisode de la série cliquez-ici).

La gnose veut nous faire croire que c'est la connaissance qui nous rendra saint. Mais heureusement, la perfection se mesure à notre charité et non à notre capacité à comprendre la profondeur de certaines doctrines.

La tentation de la connaissance

Dans l'épisode précédent des #quotisaints, nous avons pû constater que toute notre bonne volonté et nos efforts personnels ne suffiraient pas à nous rendre saints. Ils peuvent même parfois nous éloigner de Dieu en nous amenant à croire que nous n'avons pas besoin de Lui.

Un autre piège que peut nous tendre notre envie de bien faire, c'est celui du gnosticisme. La gnose, du grec gnôsis (« connaissance »), est un mot à la mode. On le voit passer un peu à toutes les sauces, évoquant un monde de magie, d'initiation, de connaissances secrètes voir même de complots.
Le principe, dans le gnosticisme, c'est que la perfection se mesure à la quantité de connaissances et à la compréhension de certaines doctrines. Les "informations" ne sont donc divulguées qu'à certaines personnes "élues".

dessin pape"Il se produit fréquemment une dangereuse confusion : croire que parce que nous savons quelque chose ou que nous pouvons l’expliquer selon une certaine logique, nous sommes déjà saints, parfaits, meilleurs que la « masse ignorante »." (gaudate et exultate §45)

Il y a donc d'un coté les "initiés" et de l'autre les ignorants. Les premiers se sentent supérieurs de part leur savoir encyclopédique mais leur vanité les place hors du monde et de la réalité.
Pour certains gnostiques, ceux qui n'ont pas un QI supérieur à une certaine valeur (laquelle?) seraient condamnés à rester hors du salut. Par leur savoir théorique d'autres croient pouvoir s'extraire de la condition humaine, de ses limites, du corps et de ses souffrances. Dans le monde qu'ils promettent, règne une sorte d'harmonie aseptisée. Cette fascination pour une sorte d'équilibre trompeur et superficiel les coupent de la relation sincère à Dieu et aux autres.

Retour ↑

Or, si cette tentation existe dans le monde séculier, chez certains rationalistes, le pape François la dénonce surtout vivement à l'intérieur même de l'Église ! Certains chrétiens se gargarisent d'un vocabulaire pointu et de réflexions théologiques complexes.
Ils partent souvent d'une bonne intention, qui est de rendre compréhensible la Foi et l'Évangile. Mais ils en oublient que l'enseignement de Jésus est d'abord un amour authentique, et non une logique froide.
D'autres font la même chose avec des expériences sensorielles, des sentiments spirituels, qu'il faudrait avoir validés pour affirmer être sur la bonne voie.

 En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. (Évangile selon st Matthieu)

Se voiler la face pour mettre Dieu à sa portée

Les théologiens utilisent souvent un jargon compliqué et des concepts difficiles à appréhender. Mais ils ne doivent pas oublier que Dieu ne se réduit pas à notre faculté de compréhension. Affirmer que Dieu puisse être entièrement étudié, c'est prétendre dominer la transcendance divine. Non pas que l'étude biblique ou l'usage de la raison pour fonder sa foi soient de mauvaises choses, au contraire. Mais justement la connaissance doit être un outil au service de la foi, et non un cadre pour la limiter.
De même, les expériences spirituelles sensibles que certains peuvent vivre ne sont pas des passages obligés mais des grâces offertes gratuitement et qui n'ont rien d'obligatoire.
Gare donc aux faux prophètes qui prétendent tout connaître. Ce sont souvent d'authentiques escrocs qui détournent la religion à leur propre bénéfice.

dessin pape"Le gnosticisme est l’une des pires idéologies puisqu’en même temps qu’il exalte indûment la connaissance ou une expérience déterminée, il considère que sa propre vision de la réalité représente la perfection." (gaudate et exultate §40)

Personne n'est apte à assurer que Dieu est ou n'est pas à tel endroit. La compréhension de la Parole divine n'est pas monolithique. Les doutes, questionnements et interprétations font sa dynamique. Comme le dit le pape François: le lisse n'est pas chrétien. Il ne nous appartient pas de juger et condamner la conduite d'autrui, mais plutôt d'accueillir avec bienveillance toute personne en quête de vérité. Et en tant que chrétien de témoigner et proposer ce qui nous fait vivre: une relation d'amour avec Dieu.

dessin pape"Si nous nous laissons guider par l’Esprit plus que par nos raisonnements, nous pouvons et nous devons chercher le Seigneur dans toute vie humaine. Cela fait partie du mystère que les mentalités gnostiques finissent par rejeter, parce qu’elles ne peuvent pas le contrôler." (gaudate et exultate §42)

Les gnostiques préfèrent réduire Dieu à leur capacité humaine, plutôt que de Le laisser se mettre à notre portée et nous amener à Lui. En Jésus, Il vient à notre rencontre, pleinement Dieu et pleinement humain. Mystère certes incompréhensible, mais qui lui permet de nous laisser toucher par sa présence, de le rencontrer en face.

Jésus n'a fondé aucune académie de sainteté, il n'a distribué aucun diplôme. Il a plutôt choisi de montrer l'exemple d'une vie authentique, en aimant concrètement chacune des personnes rencontrées. Non pas de manière générique et théorique mais personnellement, en s'adaptant à chacun de ses interlocuteurs.

Pour aller plus loin

Je vous invite à lire les paragraphes 36 et suivants de l'encyclique. Au vu des mots mots virulents employés par le pape François, personne ne pourra l'accuser de langue de bois :-)

Pour finir quelques questions personnelles qui peuvent aider à s'interroger:

  • Est-ce que parfois je me décourage de ne pas tout comprendre à la parole de Dieu ? Ou de ne pas vivre telle ou telle expérience spirituelle comme mon voisin ?
  • Quand je rencontre quelqu'un qui ne prie pas de la même manière, qui n'interprète pas l'Évangile comme moi... Est-ce un obstacle ou une invitation à m'interroger sur ma propre foi, à creuser plus loin ensemble ?
  • Lorsque j'étudie la parole de Dieu, est-ce que je laisser Dieu me parler à travers elle ? Ou bien est-ce dans le but de ne rien laisser au hasard, dans l'anxiété de "rater" quelque chose ?
Cliquez ici pour dérouler la suite:Retour ↑
quotisaints, gnose, gnosticisme, laudate et exultate, foi

    Commentaires

    Twitter Facebook Nouveau
  • Le 26/10/2020, par Marie-Odile
    Oui, le commentaire précédent et celui que je voulais faire. Bravo et merci pour votre travail d'intelligence de la foi pour aujourd'hui.
  • |-> Le 05/11/2020, par Amarine

    Merci ! J'espère modestement contribuer à mieux faire connaitre la pensée de l'Église sur ces sujets. Et surtout permettre à chacun de trouver les outils pour comprendre et approfondir sa foi.

  • Le 22/10/2020, par MDC
    Bravo pour les dessins pleins de détails. Un régal de prendre le temps de les détailler.
    Équilibre entre sensorielle et intellectualisation! et l'action!
    Question qui n'est pas nouvelle car depuis des siècles les hommes se la pose. Merci d'y revenir et de nous inviter à relire nos vies sous cet angle.