Les quotisaints #3: Un appel universel

Voici le troisième épisode de notre exploration de la sainteté (pour voir le début de l'histoire cliquez-ici).

On a vu précédement que le critère pour reconnaître un saint c'est celui de l'amour en action. Tout le monde peut se mettre au service des autres, aider plus pauvre que soit... Mais du coup, y a t'il encore besoin de Dieu pour être saint ?

Pour désirer faire le bien, il n'y a pas besoin d'être chrétien, ni même de croire en Dieu. Mais pour faire le bien que l'on désire et éviter le mal que l'on ne veut pas faire, il y a besoin de s'appuyer sur Dieu.

La loi naturelle

Chacun a autour de soi des exemples de personnes attentives aux autres, généreuses... et qui pour autant ne croient pas en Dieu. Les personnes de toutes religions ayant marquées l'histoire par leur dévouement et leur sagesse sont nombreuses. Certains citeront Confucius, Ganghi, Martin Luther King...
La bible elle-même raconte plusieurs histoires où sont vantés les mérites de personnages n'appartenant pas au peuple de d'Israël.

évangile selon saint Luc, chapitre 4"En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien." (évangile selon st Luc)

Beaucoup de civilisations possèdent un ensemble de lois plus ou moins formelles qui se ressemblent: ne pas tuer, ne pas voler, etc. Elles se résument à peu près à ne pas faire à autrui ce que l'on ne veut pas que l'on nous fasse... Et même dans les cas de peuples légitimant la guerre, tout n'est pas permis et des codes encadrent la violence.
On appelle "loi naturelle" cet ensemble de règles morales que l'être humain reconnaît en lui-même, dans sa conscience. L'enfant qui grandit dans un environnement sain lui permettant de développer son intelligence émotionnelle et sociale les découvrira peu à peu plus ou moins inconsciemment. C'est l'ensemble des règles qui permettent à une société de fonctionner harmonieusement.

En fait les chrétiens pensent que Dieu a placé cette loi naturelle (ou sagesse) dans le cœur de l'homme de manière universelle. Chacun, quelque soit sa religion, ou n'appartenant à aucune est donc appelé à la sainteté.
Dans la bible, ces règles sont formalisées dans les fameux 10 commandements que Dieu donne au peuple juif.

dessin papeMais même en dehors de l’Église catholique et dans des milieux très différents, l’Esprit suscite « des signes de sa présence, qui aident les disciples mêmes du Christ ». D’autre part, saint Jean-Paul II nous a rappelé que « le témoignage rendu au Christ jusqu’au sang est devenu un patrimoine commun aux catholiques, aux orthodoxes, aux anglicans et aux protestants » (gaudate et exultate §9)

Retour ↑

Une réponse libre et personnelle

Pour autant, à regarder l'état du monde, que ce soit aujourd'hui ou dans l'histoire, force est de constater que bien peu de gens répondent de façon adéquate à cet appel. Nul besoin de rappeler la violence gratuite que l'on constate chaque jour dans les médias. Il suffit de s'observer soit-même s'impatienter envers un voisin sollicitant, jurer après un automobiliste maladroit...

Car oui, même les plus grands saints vous le diront: ce n'est pas toujours évident d'aimer. Loin de là !

 En effet, ma façon d’agir, je ne la comprends pas, car ce que je voudrais, cela, je ne le réalise pas ; mais ce que je déteste, c’est cela que je fais. Or, si je ne veux pas le mal que je fais, je suis d’accord avec la Loi : je reconnais qu’elle est bonne. Mais en fait, ce n’est plus moi qui agis, c’est le péché, lui qui habite en moi. Je sais que le bien n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans l’être de chair que je suis. En effet, ce qui est à ma portée, c’est de vouloir le bien, mais pas de l’accomplir. Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas. Si je fais le mal que je ne voudrais pas, alors ce n’est plus moi qui agis ainsi, mais c’est le péché, lui qui habite en moi. (lettre de st Paul aux romains)

Jiminy Criquet dans Pinocchio personnalise cette petite voix de la conscience que nous avons tous.

S'il y a en nous le désir le faire le bien, nous sommes bien prompte à faire le contraire. Et Dieu nous laisse entièrement libre de répondre à sa demande. Il ne peut y avoir d'amour que librement donné et reçu.

Or celui qui se coupe de Dieu se coupe aussi de la source de l'amour universel qu'Il est. Comment donc donner si l'on n'accepte pas d'abord de recevoir ?
Le saint n'agit pas selon ses propres forces, il se laisse aimer par Dieu. Comme une fontaine qui déborderait et arroserait les plantes autour, il peut alors donner pleinement sans crainte. Ce n'est pas un hasard si la plupart des ONG sont d'origine chrétienne, si dans nombre de pays dévastés des religieuses sont les seules encore présentes pour apporter une aide aux populations, si les droits de l'Homme ont été réfléchis dans une civilisation baignée des valeurs évangéliques...

Le piège serait d'oublier cette définition du saint dont nous avions parlé précédemment. Ne confondons pas politesse et sainteté.
Car si la charité, le service, sont des critères qui permettent de reconnaître un saint, ils ne sont pas le but de la sainteté. Ce sont les moyens d'y parvenir, ainsi que les conséquences !

Ce que Dieu attend de nous ce n'est pas des efforts surhumains, mais que nous nous rapprochions de Lui, que nous nous laissions transformer par Son amour, nous rendant capable d'aimer comme Lui-même aime.
Si l'on perd de vu cet essentiel le risque est grand de s'épuiser, de s'aigrir et de perdre son identité en se laissant définir par ses actions. On parlera plus longuement de cela la prochaine fois.

dessin papeUne tâche accomplie sous l’impulsion de l’anxiété, de l’orgueil, du besoin de paraître et de dominer, ne sera sûrement pas sanctifiante.(gaudate et exultate §28)

Un Dieu qui désire notre sainteté

Examinons pour le moment la question suivante: pour quelle raison Dieu voudrait-il nous rendre saint ? Pourquoi mettre dans le cœur humain cette sagesse ? Quel besoin a t'il de nous appeller ainsi universellement ?

A l'origine, pour le peuple d'Israël, seul Dieu est saint. D'ailleurs le mot en hébreux (kadosh) signifie "consacré, mis à part". Ce qui est saint donc Dieu lui-même, et tout ce qui lui est réservé, dédié. Il y a comme une distance infranchissable que l'homme ne pourra jamais franchir. Symboliquement, dans le temple de Jérusalem antique, un rideau séparait le "saint des saint" (lieu de la présence divine) du reste du temple. Seul le grand prêtre pouvait y entrer sous certaines conditions.

Mais Dieu a créé l'homme à son image. Il désire partager sa sainteté avec sa créature, simplement par amour.
Et peu à peu une réalité différente se dévoile. Dieu choisit ainsi d'abord un homme, Abraham, à qui il se révèle. Puis le peuple d'Israël entier est appellé à se consacrer à Dieu. Et Dieu ne cesse de venir au contact de ce peuple qui a "l'oreille dure".

Pour détruire la barrière dressée entre Lui et sa créature Il se fait lui-même homme: c'est Jésus. Quel scandale pour beaucoup qu'un Dieu qui partage ainsi notre condition humaine, qui se mèle aux personnes les moins recommendables et fréquente même les païens ! Et pire que tout: qui se laisse maltraiter, accuser et condamner injustement jusqu'à en mourir de façon ignoble ! Mais il en fallait bien autant pour nous prouver à quel point il nous aime. Et lorsque Jésus meurt, le rideau du temple se déchire...

 sus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (évangile selon st Matthieu)

Dieu s'est rapproché au plus près de l'homme et désire se faire connaitre à l'humanité entière.

Pour aller plus loin

Quelles sont les personnages historiques que vous trouvez le plus admirables ? Sauriez-vous identifiez ce qui les a poussées à se donner aux autres ? Quels étaient leurs moteurs ?
Et dans les personnes de votre entourage ?

Avez-vous conscience de cette petite voix en vous qui vous pousse à faire le bien ? Pour quelles raisons pensez-vous qu'il soit parfois si difficile de choisir ce que l'on sait être le meilleur ? A quoi est dû notre propension à faire le mal ?

Cliquez ici pour dérouler la suite:Retour ↑
quotisaints, universalité, sainteté, loi naturelle

Commentaires

Twitter Facebook Nouveau
  • Le 02/06/2019, par Karine
    Merci pour ce partage. Je viens de découvrir votre site et je suis conquise. Très intéressant.
    Merci
  • Le 23/04/2019, par EtienneD
    Je veux la suite du journal "orange!"
  • Le 23/04/2019, par EtienneD
    Bulle 1:
    "Des gens bons on en trouve dans toutes les religions".

    C'est quand on parle des jambons qu'il y a une vraie différence!